Innover à l’école, ce n’est pas sorcier!

Innover à l’école, ce n’est même pas si compliqué.

Innover à l’école, c’est :

  • demander aux tout-petits d’écrire leur nom sur une feuille, avec de la ficelle, de la pâte à modeler, du light painting, etc. Offrir des choix, quoi !
  • récompenser les bonnes attitudes d’un enfant en le nommant maître Jedi.
  • faire une révision de grammaire en français sous la forme d’un rallye Hunger Games. Un contexte un peu ludique, ce n’est jamais méchant !
  • organiser une conférence de presse surprise à l’école et demander aux adolescents de publier leur article sur un réseau social. Un peu de réalisme n’a jamais tué personne !
  • proposer un meurtre et mystère comme situation d’évaluation collaborative dans une classe de science. Depuis quand apprendre et démontrer sa compétence ne se fait-il qu’à l’individuel ?
  • évaluer une résolution de problème mathématique à l’oral, se permettre de guider l’élève et de poser des questions.

Innover à l’école, ce n’est même pas cher.

Innover à l’école, c’est :

  • utiliser des rôles de séries télé, d’équipes sportives, pour faire collaborer les élèves lors d’une résolution de problème.
  • faire faire le tour du Canada aux élèves sur des vélos stationnaires… Ah ! Vous aimeriez en savoir plus sur celui-là, n’est-ce pas ?
  • demander aux élèves de faire eux-mêmes le design de leur classe en utilisant des techniques de génération d’idées.
  • mettre sur pied de petites entreprises d’élèves à l’école (déneigement, entretien du terrain, vente de légumes de serre, café, programmation, etc.).
  • demander aux jeunes de construire une imprimante 3D avec des matériaux simples.

Voyez-vous où je veux en venir ?

En effet, innover à l’école ce n’est pas toujours compliqué ou dispendieux. Par contre, cela représente indubitablement du temps, des efforts, de la motivation, de la créativité et un brin d’audace, mais pas tant que ça. Et plus de collaboration, beaucoup plus, c’est certain.

AVANT TOUT, C’EST :

  1. réfléchir constamment à sa pratique et la remettre en question. Ce n’est pas parce que vos élèves réussissent les examens qu’ils sont engagés, actifs dans le cours ou qu’ils font des apprentissages durables. Au fond, quels sont vos objectifs en tant qu’enseignant signifiant ?
  1. délaisser une planification bien « rodée », une routine, pour faire place à l’imprévu. Ouch ! Ici, certains ont cessé de lire.
  1. s’inspirer des façons naturelles d’apprendre chez les enfants et les jeunes en 2016. S’inspirer d’autres enseignants aussi. Faites-vous partie d’un groupe de profs sur les réseaux sociaux, dans votre école ? Sinon, alors, allez-y !
  1. s’intéresser davantage aux processus qu’aux résultats. En fin de compte, c’est ce qui restera.
  1. concevoir l’erreur comme cœur de l’apprentissage, du vôtre et de celui des jeunes.

Innover à l’école, ce n’est même pas si nouveau.

Des enseignants au fort potentiel créatif, il y en a beaucoup dans les écoles. Pourtant, la pédagogie active, même dans sa version gratuite, tarde à s’installer dans les classes.

Pourquoi donc ?

Plusieurs raisons, je sais !

Nous en reparlerons très bientôt…

AUSSI DANS LA SÉRIE INNOVATION
Les freins à l’innovation, selon les enseignants (partie 1)
Les freins à l’innovation, selon les enseignants (partie 2)
De freins à tremplins