La métacognition, stimulante ou inhibitrice pour la créativité?

La métacognition est un sujet souvent abordé dans les écrits sur l’éducation abordant la nécessité de se connaître soi-même pour être un meilleur apprenant, plus efficace dans ses apprentissages. Est-ce dire que ce principe peut s’appliquer dans d’autres contextes comme la créativité? Certains diront que s’attarder à comprendre son propre processus créatif dénature la démarche créative en elle-même. Il semblerait que le fait de décortiquer comment un individu vit un processus de création nuirait ou diminuerait le caractère mystérieux ou impénétrable de la créativité.

Or, si la créativité est perçue et comprise comme un processus cognitif contrôlé (semi-contrôlé) et qu’il est possible d’y réfléchir pendant ou a posteriori, la métacognition est un outil pertinent et intéressant à développer lors de formations sur la créativité. Pour optimiser tout processus, il est important de le décrire et de le comprendre. Prendre conscience des étapes traversées, des embûches relevées ou des meilleures (ou moins bonnes) pratiques utilisées peut certainement être utile pour rassembler les conditions adéquates et éviter les situations défavorables afin de reproduire un processus créatif optimal.

Aussi dans la série Créativité
Allez-y, soyez créatifs!
Grand C, petit c, Pro c, mini c
La créativité : spécifique ou générale?